La Transmission Femmes en Champagne, Champagne

L’aventure de la Transmission a commencé en 2016. Maggie Henriquez, Chantal Gonet, Alice Paillard, Evelyne Boizel, Delphine Cazals, Anne Malassagne, Mélanie Tarlant, Charline Drappier et Vitalie Taittinger sont les 9 femmes de Champagnes qui forment cette association qui représente bien la diversité de la Champagne : diversité géographique (Marne et Aube), diversité des structures et de la taille des exploitations, diversité des parcours ou encore diversité générationnelle.

Pourquoi cette association ? Pour montrer que les femmes sont présentes dans un monde du vin qui reste encore très masculin, pour humaniser un monde du champagne qui peut être perçu comme luxueux et arrogant, pour donner envie à d’autres femmes de s’engager et d’écrire l’avenir de la Champagne, pour avoir dans leur quotidien un espace libre d’échange et d’entraide et pour partager auprès des amateurs et des consommateurs de champagne leur passion et la direction qu’elles souhaitent donner à la région.

Jean-Marie del Moral pour Champagne

Cet élan collectif a donné naissance pendant la période covid à un beau bébé de 3,644kg mesurant 25,20cm x 34,00cm avec 448 pages. Jean-Marie del Moral a réalisé les nombreuses – pas moins de 240 ! – et superbes photographies qui illustrent l’ouvrage.

Au fil des pages, on apprend à connaître la champagne à travers les yeux de celles qui observent – et accompagnent – la vigne au cours de son cycle végétatif année après année, voient les vins clairs s’affirmer puis le champagne se patiner en cave. Les outils, les gestes, les moments clés à la vigne, au chai et à la cave n’auront plus de secret pour vous ! Chacune des 9 femmes raconte également son parcours, sa vision du Champagne, ce qu’elle cherche au sein de l’association et ce qu’elle souhaite apporter.

Le travail sur les liqueurs de dosage de la maison Drappier, un exemple parmi tant d’autres de la recherche d’excellence que partagent les 9 femmes de la Transmission.

Recette simples du dimanche soir, recettes traditionnelles, recettes gastronomiques, le message est simple : toutes les occasions sont bonnes pour inviter le le champagne à sa table !

Près de 80 recettes rythment l’ouvrage, vous y trouverez des plats traditionnels (la potée champenoise, la sole meunière), des plats italiens (cacio e peppe, carbonara, pizza margherita), de quoi grignoter un dimanche soir (sardine à l’huile avec pain grillé, croque monsieur, nuggets de poulet), des plats gastronomiques (« homard bleu, jus de tête, herbes », « poularde, artichaut, poivrade, purée de gros artichauts), des fromages (« Brie fourré aux abricots moelleux, éclats de noisette, pistache », « Assiette de fromages autour du monde ») ou encore des desserts (« déclinaison vanille, mille-feuille, glace, crème brûlée », « Gâteau rose, biscuits de Reims, crème anglaise vanillée »). A chaque recette est associée une famille de champagnes vous permettant de trouver dans votre cave une cuvée appropriée et un accord parfait avec une cuvée élaborée par l’une des maisons est proposé et décrit.

Les femmes de la Transmission veulent montrer que le Champagne peut évidemment accompagner les moments de célébration mais qu’il est aussi un merveilleux compagnon de gastronomie. Plus important encore, nul besoin d’attendre une occasion pour faire sauter un bouchon, il ajoutera un petit quelque chose aux mets les plus simples. Anne Malassagne m’a confié apprécier plus que tout la dégustation d’un verre de champagne le dimanche soir avec un croque monsieur, une manière pour elle de suspendre le temps et de prolonger avec la fine effervescence d’un champagne un dimanche trop vite remplacé par le lundi.

Champagne est un très bel ouvrage à l’énergie communicative, qui vous inspirera dans votre approche du champagne et qui vous en apprendra également beaucoup sur les étapes successives qui transforment une baie de raisin en un breuvage effervescent divin !

💶 Editions La Maison, 120€

Les ateliers de la Transmission

Depuis sa création en 2016, la Transmission a organisé plusieurs ateliers, à Reims pendant la semaine des vins clairs mais également à Paris, notamment sur le thème de l’influence du verre sur la dégustation. Ces événements sont destinés aux professionnels mais également aux étudiants de différents horizons, dans l’objectif de partage si cher à l’association. Peu onéreux, en petits groupes avec la présence systématique des 9 femmes de la Transmission, ces ateliers auxquels j’ai pu participer ont été très riches en échanges et en découvertes pour les papilles.



Lors de l’un des ateliers sur l’impact du verre sur la dégustation des vins de Champagne, nous avons pu déguster le même Champagne avec 3 verres : Lehmann Initial, Spiegelau Authentis 2 et Zalto vin blanc. En fonction du verre, l’effervescence sera plus ou moins abondante, la concentration aromatique plus ou moins intense, l’expression aromatique portera plutôt sur la fraicheur ou plutôt sur la maturité, et les sensations tactiles ne seront pas les mêmes. La hauteur du verre, le ratio diamètre de l’épaule – diamètre du buvant, le ratio diamètre – hauteur du verre, la surface du vin exposée à l’air, le diamètre du buvant, tout cela a une influence sur ce que nos sens perçoivent du vin. Par exemple, le niveau d’ouverture du buvant détermine le niveau d’inclinaison nécessaire qui lui-même détermine la zone de la langue – et les capteurs associés – avec laquelle le vin entrera en contact.



Lors d’une deuxième expérience, j’avais été frappé par la différence d’expérience de dégustation d’un Comte de Champagne Rosé 2007 de la maison Taittinger avec un verre l’Universel de Sydonios et un flûte Initial de Lehmann. Avec la flûte Lehmann, la bulle était plus fine, le nez précis, presque agressif dans les premières secondes puis en bouche, ce qui ressortait était la minéralité, la tension, la verticalité. Avec le verre Sydonios, la bulle était plus grosse, on avait moins de fraicheur au nez mais plus d’arômes tandis qu’en bouche, l’effervescence apparaissait plus crémeuse, le champagne plus opulent.

Chaque événement de la Transmission est également une occasion de découvrir les grands vins produits par les domaines et maisons des membres et leur diversité. Lors de la sortie du livre, ils étaient répartis en 3 table : L’engagement (avec le suberbe Clos Cazals à Oger, le millésime 2008 de la gamme Collection de Taittinger, engagement artistique et la cuvée 3.2.1.0 du champagne Philippe Gonet), Le temps long (avec le millésime 2005 de Tarlant commercialisé après 16 ans, le rosé Terroirs de A.R. Lenoble élaboré avec des vins de réserve conservés en magnum et la cuvée 72 de Bruno Paillard vieilli 3 ans sur lies puis 3 ans avec son bouchon définitif après le dégorgement) et Le savoir-faire (avec la 169ème édition de la Grande Cuvée de Krug, quintessence de lu savoir-faire champenois avec un assemblage 146 vins issus de 11 années différentes et la cuvée Quattuor de Drappier, rare assemblage des 4 cépages blancs de la champagne, le chardonnay et les 3 cépages blancs « oubliés » : Arbanne, Petit Meslier, Pinot Blanc)

Comment on this post

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.