Brèves

L’actu du monde du vin en bref, c’est par ici 👇🏻

.


.

MOOC dédiés au vin

Depuis quelques années, les MOOC fleurissent sur diverses plateformes et le monde du vin s’est également intéressé à ce mode de formation. Deux MOOC vont bientôt débuter et pourraient intéresser celles et ceux qui cherchent à s’initier ou approfondir leurs connaissances.

MOOC du Comité Champagne

Le Comité Champagne vient d’annoncer la création de son MOOC sur une plateforme dédiée. Il sera disponible en français et en anglais et est animé par Jérémy Cukierman, Master of Wine 2017.

C’est une formation très grand public qui dure 5h et que l’on peut faire à son rythme. Les vidéos et quiz sont regroupés dans 4 catégories :

  • L’histoire du champagne
  • Le vignoble champenois
  • L’élaboration du champagne
  • Diversité et dégustation (accords mets/champagnes)

La promesse est qu’à la fin de ce MOOC, vous serez en mesure de :

  • Savoir comment servir et déguster le Champagne
  • Connaître l’étendue de la diversité des vins de Champagne
  • Identifier les nombreuses possibilités d’accords mets et Champagne
  • Connaître la spécificité du terroir champenois et comprendre l’Appellation d’Origine Contrôlée Champagne
  • Connaître les étapes du cycle de la vigne en Champagne
  • Comprendre les étapes de l’élaboration du Champagne
  • Identifier les moyens mis en place par la filière pour préserver l’environnement
  • Identifier les étapes clés de l’histoire de la Champagne et des vins de Champagne
  • Connaître les données économiques et les rôles des acteurs en Champagne

Le cours sera opérationnel en décembre mais vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire ici.

MOOC Vine & Wine

Montpellier SupAgro reconduit son MOOC Vine & Wine pour une deuxième édition. Cette formation disponible en français et en anglais se veut une initiation aux bases scientifiques et technologiques qui guident les interventions des professionnels, de la vigne au verre de vin.

La formation dure 5 semaines et est composée de 5 modules :

  • Introduction
  • La biologie de la vigne
  • La viticulture
  • L’oenologie
  • L’économie du vin et ses filières

Le premier cours sera disponible le 13 novembre. Pour plus d’information et pour vous inscrire, c’est par ici.


La tonnellerie française en 2018

(photo d’illustration : Fédération des Tonneliers de France – Tonnellerie Meyrieux – Serge Chapuis)

La tonnellerie française est un fleuron dont le savoir-faire est reconnu partout dans le monde et qui a connu un regain d’activité depuis les années 1970 avec l’émergence de l’intérêt pour la vinification en fûts neufs.

La Fédération des Tonneliers de France regroupe 58 tonnelleries employant 1.900 personnes. Elle vient de publier son bilan pour l’année 2018. On note une production de 670 000 unités (+2%) pour un chiffre d’affaires de 475,6 millions d’euros (+3,2%).

Le marché français compte pour 1/3 des ventes et a tiré la croissance puisque les ventes se sont accrues de 7% en volume et 9% en valeur. Ce sont la belle récolte en Bourgogne (après des années de volumes très réduits) et la bonne santé du Cognac qui expliquent en partie cette dynamique en France.

Côté export – qui représente 68% de l’activité globale en volume et 70% en valeur -, ce sont les USA (29% vol / 21% val), l’Espagne (7% vol / 6% val), l’Australie (6% vol / 6% val) et l’Italie (6% vol / 6% val) qui sont les principaux marchés.

En revanche, si l’on s’intéresse aux dynamiques, les USA et l’Espagne qui sont les deux principaux marchés ont vu leurs ventes reculer (respectivement de 2% et 8% en volume) en 2018. La Chine a elle connu une augmentation de 20% des ventes en volume (29% en valeur), conséquence du développement de la viticulture dans le pays et signe de sa montée en gamme.

Il est enfin intéressant de noter que le grand contenant (cuves et foudres) confirme sa progression avec une hausse conséquente de 21% en volume et de 26% en valeur.

Fédération des Tonneliers de France – Tonnellerie de Mercurey – Michel Joly


Le Tubula d’automne de Tavel à Paris

Si vous avez suivi mes aventures à Tavel l’année dernière (ici et ), vous devez savoir que j’ai beaucoup aimé la découverte de ces vins atypiques. L’appellation s’est engagée dans une démarche de communication autour des accords mets vins que l’on peut élaborer avec les Tavel afin de sortir de l’image rosé = été.

L’année dernière, je me suis pris au jeu et ai réalisé un accord entre une cuvée de Tavel et des plats à base de cèpes. Cette année, les vignerons de Tavel se sont associés avec des caves et restaurants parisiens pour vous proposer de déguster un plat en accord avec un vin. L’opération aura lieu du 21 au 27 octobre et voici la liste des restaurants participant à ce “Tubula d’automne” :

➡️ Bistrot LAI’TCHA
➡️ Frenchie – rue du Nil – Paris
➡️ Le Nom M’échappe
➡️ Astair
➡️ 5e CRU Le Bar
➡️ Restaurant La Truffière
➡️ Wine Therapy
➡️ Sobre
➡️ Les caves de Prague
➡️ Agrology

La réservation s’effectue directement auprès des établissements. J’irai pour ma part découvrir le Frenchie !

Cheers 🍷


Vendange de la plus vieille vigne de vin blanc en France

L’info qui m’interpelle ce matin est dans la Marne Viticole (sur Twitter), il s’agit de la récolte des raisins issus de la plus vieille vigne de raisin blanc en France. Je connais bien cette vigne puisque chaque matin pendant deux ans, je suis passé devant ces quelques pieds de vignes tri-centenaires en allant assister à mes cours dans l’ancien collège Jésuite de Reims aujourd’hui occupé par le campus de Reims de Sciences Po Paris.

© La Marne Viticole

Ce sont des vignes de Verjus, un cépage très rare aujourd’hui et comme vous pouvez le voir sur les images, les grappes sont très grosses (elles peuvent peser jusqu’à 3kg).

Ces raisins ont donc été récoltés ce mercredi 25 septembre alors que la quasi totalité des domaines champenois (à l’exception de quelques domaines – dont certains emblématiques, comme Jacques Selosse -) ont terminé leurs vendanges.

© La Marne Viticole

Les années précédentes, le jus de ces raisins a été en partie utilisé pour produire du vin (malgré une acidité très importante et un niveau de sucre bas) qui est conservé dans les caves de l’ancien collège Jésuite et en partie utilisé en cuisine (en 2017, c’est le chef étoilé du restaurant Les Crayères Philippe Mille qui a fait des tests culinaires pour essayer de retrouver les pratiques du 17ème siècle, temps où le Verjus était utilisé pour la cuisson de viandes bouillies par exemple).

© La Marne Viticole

Quelques bouteilles du vin produit en 2018 (60 bouteilles) ont été ouvertes et dégustées notamment par Joëlle Boisson, oenologue et journaliste pour le magazine Terre de Vins.