(Œno)tourisme dans la Vallée de l’Hérault (2)

Prendre de la hauteur est un bon moyen de découvrir une région comme nous l’avons vu dans la première partie de cet article mais vous ne pouvez pas venir dans la Vallée de l’Hérault sans découvrir la grotte de Clamouse située près de Saint-Guilhem-le-désert.

La Grotte de Clamouse

La grotte de Clamouse a été découverte le 5 août 1945 par une équipe du Spéléo-Club de Montpellier après franchissement d’un siphon habituellement inondé, à la faveur d’une sécheresse historique. La longueur totale du réseau est de 6km et un parcours d’un km a été réalisé pour permettre l’ouverture au public en 1964.

3 systèmes de galeries se superposent, témoins de différentes époques de l’histoire géologique de la région. La grotte est toujours en cours de creusement par la rivière souterraine alimentée par les infiltrations d’eau de pluie et de neige sur la chaîne de la Seranne et la partie sud du Causse du Larzac, ce qui signifie que ce réseau commencé il y a près de 5 millions d’années est toujours en expansion !

La visite commence par un film qui explique l’histoire et la structure de la grotte puis vous plongez avec un(e) guide dans les galeries. Le volume et la hauteur de certains espaces vous laisseront bouche-bée !

Pendant 5 millions d’années, goutte à goutte, l’eau a sculpté les concrétions qui s’offrent à votre regard : fistuleuses, stalactites, stalagmites, colonnes, planchers stalagmitiques, draperies, buffets d’orgues, aragonite, excentriques. Vous pourrez également faire la rencontre d’animaux cavernicole, notamment le protée, une salamandre originaire de Slovénie.

Deux temps forts ponctuent la visite : le spectacle son et lumière dans la salle du porche (hauteur de 30 mètres !) et la fameuse méduse, emblème de la grotte !

La grotte de Clamouse a été la première grotte au monde intégralement équipée de LED dans un soucis de préservation de son environnement et elle a conclu un partenariat avec la grotte de Furong (Chine) pour partager son expertise en matière de protection du milieu souterrain.

Dégustation de vins de la Vallée de l’Hérault dans la grotte de Clamouse

.

Nous avons eu la chance de pouvoir faire une dégustation dans la grotte. La température était idéale pour le vin et lorsque l’on est privé de la vue, les autres sens sont décuplés ! La sélection des vins avait été faite par Bernard Bardou, sommelier conseil caviste spécialisé dans les vins de la région qui était juré à ma table de dégustation lors du concours des vins de la vallée de l’Hérault. Il a choisi pour nous de beaux domaines et quelques vins à maturité. Je tiens à le remercier ici pour les vins qu’il m’a fait découvrir et nos échanges pendant mon séjour !



🍷 IGP Saint-Guilhem-le-désert 2020 du Mas d’Agamas. Un 100% Mourvèdre avec de délicates notes de pivoine, de rose, et des notes de fruits rouges.
🍷 Clos des Immortelles 2020, AOP Terrasses du Larzac du Mas de la Seranne. Un assemblage des 5 cépages de l’appellation (30% grenache noir, 20% cinsault, 10% Carignan, 20% Mourvèdre et 20% Syrah), 32 jours de macération et 13 mois d’élevage en fûts de 300L (1 à 3 vins). Souple, une très belle fraicheur, un vin tout en rondeur et en séduction, superbe !
🍷 Saturne 2018, AOP Languedoc Saint-Saturnin du Domaine Virgile Joly. Assemblage 40% grenache, 30% Carignan et 30 % Syrah, élevage de 18 mois en cuve avec 8% des vins passés en fûts. Noyau de cerise, cèdre, de la structure tout en étant digeste.
🍷 L’Esprit de Font Caude 2016, AOP Languedoc-Montpeyroux d’Alain Chabanon. Assemblage 45% Mourvèdre, 45% Syrah et 10% Grenache. Des notes de fruits frais à noyau et de griotte au nez. Jolie acidité et sensation de fraicheur en bouche, un vin très souple avec un beau grain de tanin, splendide !
🍷 La Jasse 2011, AOP Terrasses du Larzac du Domaine La Jasse Castel. Assemblage 75% Syrah, 20% Grenache et 5% Carignan. Les notes d’herbes aromatiques sont encore présentes mais on a surtout des notes d’évolution autour du sous-bois, de champignons, d’écorce d’orange confite. En bouche, la trame est magnifique, la puissance de la cuvée dans sa jeunesse a laissé place à une grande finesse. Un très grand vin !
🍷 El Abanico 2020, IGP Pays d’Hérault du Domaine La Jasse Castel. El abanico signifie éventail en espagnol, et ce vin est un éventail de 6 cépages (Carignan blanc, Grenache, Roussanne, Chardonnay, Petit Manseng, Chenin) qui ont été plantés en 2009 en complantation sur le causse de Montpeyroux à 400 mètres d’altitude. Le sol y est caillouteux, la roche mère toute proche. Les raisins sont tous ramassés le même jour, pressés puis vinifiés deux par deux en barriques de 2 vins. Au nez, on trouve des arômes floraux et grillés. L’attaque en bouche est vive, la trame s’étire en longueur avec beaucoup de tension, portée par une colonne vertébrale d’acidité enrobée dans une belle matière. Quel équilibre et quelle fraicheur !

L’Argileum de Saint-Jean de Fos

J’ai une addiction à la poterie. À chaque fois que je passe dans un village potier, je m’arrête et je dévalise les boutiques des artisans ! Quand on m’a proposé d’ajouter la visite d’Argileum, un musée de la poterie situé dans le village de Saint-Jean de Fos (qui a compté jusqu’à 75 potiers en 1828) à un programme déjà bien chargé, je n’ai donc pas hésité !

Le musée s’est installé dans un ancien atelier du XIXème siècle (l’atelier Albe-Sabadel) qui a été acquis par la commune en 2005 et remarquablement restauré. La scénographie est régulièrement renouvelée. Outre une collection de poterie utilitaire qui permet de voir les pièces (orjol, gargoulette et conscience par exemple) qui étaient produites dans les ateliers du village, on peut admirer l’ancien four et on trouve de nombreux outils didactiques qui permettent de comprendre ce qui différencie le grès de la porcelaine ou d’apprendre comment obtenir une couleur en mélangeant différents oxydes. Le céramiste en résidence intervient régulièrement pour montrer aux visiteurs comment tourner et appliquer les émaux.

Dans la boutique, vous trouverez la production des céramistes encore en activité dans le village, j’ai évidemment craqué et acheté quelques jolies pièces !

Toutes les informations pratiques sur l’Argileum se trouvent sur cette page, à noter que le musée est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

Mêler vin et poésie en empruntant le sentier des Poètes

Après le savoir-faire céramiste, retour au vin avec une petite originalité : le prisme de la poésie. En 2009, la cave coopérative Fonjoya Les Vins de Saint-Saturnin a créé en hommage au poète languedocien Max Rouquette (dont vous pouvez par exemple lire Vert Paradis qui renferme la quasi-totalité de son oeuvre en prose) le sentier du vin des Poètes. La cave organise également depuis 2010 un concours de poésie en partenariat avec l’association « Les Sentiers d’écriture ».

Au fil de la balade, les promeneurs peuvent découvrir des poèmes de Max Rouquette sur des panneaux installés au coeur des vignes et la balade s’achève avec une dégustation des vins de la cave. Je ne peux hélas vous faire vivre cette expérience en photos car la météo capricieuse en ce mois d’avril nous a contraint à annuler la randonnée et à se rabattre sur une dégustation au caveau. La vue à travers la grande baie vitrée est superbe.

J’ai été séduit par la cuvée Les Bergers des étoiles 2017, un Languedoc-Saint-Saturnin qui offre au nez des notes de fruits rouges confiturés, d’épices, des notes légèrement caramélisées puis en bouche une matière élégante avec des tanins soyeux avec une très belle persistance aromatique.

Visite du Mas de la Séranne en compagnie de Jean-Pierre Venture

Dernière étape de notre séjour, direction le Mas de la Séranne pour rendre visite à un vigneron de talent, Jean-Pierre Venture. Arrivé au vin par reconversion après une première carrière de directeur d’usine dans l’industrie, il a fait à 43 ans la très réputée viti-oeno de Montpellier. Il exploite au Mas de la Séranne un vignoble de 17 hectares (qui s’est bien agrandi depuis la création du domaine en 1998 autour de 5ha) certifié bio depuis 2012. La terrasse du domaine offre une vue imprenable sur la chaîne de Séranne et sur les 3 types de sol sur lesquels se trouvent les vignes du domaine : des marnes jaunes (sols sablo-limono-argileux), des terrasses anciennes de l’Hérault (galets roulées et 40% d’argile rouge)et des cailloutis fluvio-glaciaires (cailloutis calcaires sur argile rouge).

Les vendanges sont manuelles, les vinifications parcellaires et le chai a été construit de façon à permettre la réalisation des opérations successives par gravité. 

Jean-Pierre fait partie de ces vignerons qui s’investissent à 300% dans l’aventure collective qu’est la viticulture. Il a ainsi beaucoup oeuvré à la reconnaissance de l’AOP Terrasses du Larzac dont il a ensuite été le premier président pendant 9 ans.

Etude de cépages au Mas de la Séranne

Il mène également un travail passionnant et crucial autour de l’impact du réchauffement climatique sur le vignoble. Ses recherches s’orientent principalement sur deux axes : 

  • L’adaptation des méthodes culturales avec des essais de taille, l’utilisation de porte-greffes retardants, l’augmentation de la hauteur de formation de la souche, le recours à certaines pratiques de la biodynamie, etc.
  • La réintroduction de cépages rares et l’introduction de nouveaux cépages dans la région. Jean-Pierre a planté en 2012 de la caunoise et du morrastel, des cépages plus tardifs que les cépages majoritaires dans la région. Avec l’autorisation de l’INAO (dans le cadre très précis d’une expérimentation) et en travaillant avec l’ampélographe Jean-Michel Boursiquot,  il a structuré en 2018 une parcelle expérimentale dans laquelle il a planté des cépages témoins (Rivairinc, Piquepoul Noir, Terret Bourret blanc) et des cépages grecs et italiens (Agiorgitiko du Péloponèse, assyrtiko de Santorin, Nero d’Avola de Sicile ou encore Montepulciano de Toscane). Certains de ces cépages ne donnent d’ores et déjà pas de résultats intéressants mais d’autres sont prometteurs et recueillent un grand intérêt, les conclusions de l’expérimentation nourriront les réflexions à l’échelle de toute la région !

Et les vins alors ? 

On trouve dans les vins du Mas de la Seranne un côté très accessible dans la jeunesse, une grande élégance dans les tanins et une très belle fraicheur.



🍷 La cuvée Les Griottiers – assemblage grenache (30%), cinsault (30%), syrah (20%) et mourvèdre (20%), avec une vinification traditionnelle, 3 à 5 semaines de macération et un élevage de 13 mois en cuve – est très gourmande, avec des notes de fraise, de fruits noirs, de griotte à l’eau de vie, une bouche charnue et une pointe mentholée en fin de bouche.
🍷 Le Clos des Immortelles – assemblage Syrah (45%), Grenache (25%),  Carignan (15%) et Mourvèdre (15%) sur un sol de galets roulés passé 13 mois en fûts de chênes de l’Allier et Centre de 1 à 3 vins – est mon coup de coeur. Il y a ce nez sur les fruits noirs, le café, les épices douces, la garrigue. Et puis il y a la bouche, fluide, verticale, élégante, avec de la fraîcheur et des tanins tout en rondeur, parfaitement intégrés. Un équilibre superbe et c’est si plaisant aujourd’hui que l’on hésite à le laisser en cave alors qu’il révélera sans aucun doute bien d’autres arômes !
🍷 Amateurs de puissance et de garde, vous apprécierez forcément la cuvée Antonin et Louis. Le Mourvèdre et la Syrah sont issus de terrasses anciennes de l’Hérault, le Carignan de terrasses très pauvres de l’ ère tertiaire ; tous ces terroirs sont caractérisés par la présence importante de galets roulés et par de petits rendements (25 hl/ha). On trouve toujours des fruits noirs, les notes épicées sont plus importantes, on trouve également une pointe de balsamique, une touche fumée. En bouche, c’est ample, la structure tannique est plus importante et dans la jeunesse, l’empreinte de l’élevage est nettement plus perceptible, il faut être patient mais ce vin sera très grand !

Conclusion

La vallée de l’Hérault séduira petits et grands avec ses activités touristiques, ses charmants villages, ses domaines viticoles et ses restaurants, songez-y pour vos prochaines courtes escapades ou longues vacances !

Un dernier mot pour saluer l’accueil de Bénedicte au domaine de Salente où j’ai séjourné pendant mon passage dans la région. Les chambres sont très spacieuses, la maison recèle d’espaces communs où l’on peut s’installer pour lire ou se reposer, la piscine offre une vue imprenable sur le vignoble alentour et Bénedicte propose une fois par semaine une table d’hôte. Nous avons passé une soirée délicieuse à déguster sa cuisine savoureuse comme si nous étions à la maison, avec une grande simplicité. Bref, un endroit dans lequel on se sent immédiatement bien et dans lequel on souhaiterait pouvoir très rapidement poser à nouveau ses valises !


Comment on this post

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.