Primeurs France 2014 avec Bernard Burtschy

J’ai assisté hier soir chez Grains Nobles à une dégustation des Primeurs France 2014 animée par Bernard Burtschy, un exercice intéressant puisqu’il il est peu courant d’avoir devant soit des primeurs d’autant de régions. Certains vins étaient déjà en bouteille, d’autres étaient des échantillons prélevés pendant l’élevage.

Le millésime 2014

En 2014, la floraison a été précoce, homogène, autour du 15 juin mais la pluie s’est invitée et a eu pour conséquence une floraison lente, qui s’est étalée sur plus de 15 jours (donc automatiquement, les vendanges ont du être étalées elles-aussi) et une baisse des rendements.

Un été froid et peu pluvieux ont fait craindre le pire mais tout s’est débloqué le 20 août et le beau temps s’est installé pendant sept semaines. Bernard Burtschy raconte avec humour qu’en février, le vinificateur d’un  célèbre domaine en biodynamie avait annoncé cette date du 20 août en se référant à l’alignement des planètes chaudes et froides.

C’est donc un millésime miraculé et les vins se présentent bien. Les cépages précoces s’en sortent assez mal, les cépages tardifs et les terroirs froids vont se refaire.

On a également noté l’arrivée d’une nouvelle mouche en provenance du Japon, la mouche Suzukii, qui a perturbé notamment le Jura, l’Alsace, un peu Bordeaux, et qui a précipité les vendanges. Les domaines en bio et biodynamie n’ont pas été affectés (ce qui est le cas pour un certain nombre de maladies et devrait faire réfléchir les domaines conventionnels…)

C’est un très beau millésime pour la Corse qui a échappé aux pluies d’équinoxe et en Bourgogne, c’est la Côte de Nuit qui a produit les plus beaux vins car elle est toujours la dernière partie du vignoble bourguignon à arriver à maturité et elle a dont profité du beau temps de septembre plus longtemps.

ROUGES

Beaujolais-Villages Maison Loron

Pas de notes sur ce premier vin. Dans mon souvenir, bien fait, léger, sur le fruit rouge.

Saint Amour Vieilles Vignes Domaine Lassagne

.

Saint-Amour Vieilles Vignes Domaine Lassagne

Sol léger (granit décomposé presque sableux), c’est donc un sol précoce avec une vigne moins alimentée (donc un vin qui a moins de corps)

Très charmeur, moins de matière que le précédent mais une belle pureté.

.

Fleurie

.

Fleurie “Petite Fleur”, Château des Bachelards

Vin qui a beaucoup plus de corps (vignes plus vieilles donc des racines plus profondes et une moindre influence des éléments extérieurs)

.

.

Alsace pinot noir, Wolberger

Sous-maturité du raisin, amertume –> peu d’intérêt

Chambolle-Musigny 1er Cru Les Baudes Louis Jadot

.

Chambolle-Musigny 1er Cru Les Baudes, Louis Jadot

La belle surprise de cette dégustation: le nez est superbe, très expressif, en bouche on est sur la framboise avec une pointe d’arômes floraux. Très fin, une fraicheur qui renforce encore l’élégance naturelle de Chambolle (cette élégance si poussée compense un léger manque de corps mais que l’on attend de toute façon pas de l’appellation).

.

Saint-Nicolas de Bourgueil Les Javeaux, Alliance Loire

Au nez, un côté poivron vert (arôme qui demeurera toujours, explique B.B.). C’est très propre, plaisant, malgré une petite amertume en fin de bouche

Saumur-Champigny Les Valangenets, Loire Propriétés

Plus de corps que le précédent mais encore une fois, la sous-maturité se fait ressentir.

Saumur-Champigny Clos de la Bienboire, Château de Villeneuve

Léger gaz carbonique mais qui devrait se dissiper (nous dégustons un échantillon). Plus charmeur que les deux précédents.

Côte du Rhône Village Cairanne, Domaine Brunely

..

.

Côte du Rhône village Cairanne, Domaine Brunely

Le nez est bien défini, on est sur la rose. La bouche est élégante, avec une très légère amertume mais qui n’est pas gênante. Dans l’ensemble un très joli vin !

.

Mas Daumas GassacIGP Saint-Guilhem-le-Désert, Mas Daumas Gassac

Les vins du Mas de Daumas Gassac n’ont pas le droit de revendiquer une appellation car ils contiennent des cépages ramenés de l’étranger par le propriétaire du domaine (et non retenus pour une classification en Côteaux du Languedoc).  Burtschy explique que le terroir sur lequel est implanté Daumas Gassac est exceptionnel.

Sur ce vin, on a 2/3 de Cabernet Sauvignon et 1/3 de cépages divers. Gassac est à part dans le Languedoc car les raisins arrivent à maturité un mois après tous les autres producteurs: c’est donc parfait pour ce millésime, les raisins ont pu profiter de l’ensoleillement du mois de septembre.

C’est une superbe expression du cabernet sauvignon, avec des arômes complexes qui ne demandent qu’à gagner en expression.

.

Madiran, Château Montus

Beaucoup de volume, de matière, un vin réussi.

Madiran Vieilles Vignes, Château Bouscassé

Elegant, des tannins un peu rudes mais qui devraient se fondre. Un vin très bien fait et plaisant. Berbard Burtschy considère que c’est un des meilleurs rapports qualité-prix du vignoble français: on le trouve pour moins de 10€ (en primeur, certainement ?).

Nous passons aux Bordeaux de la sélection

Château Cantenac-Brown, Margaux, Cru classé en 1855 Château Giscours, Margaux, Cru Classé en 1855

Margaux Cru Classé en 1855, Château Cantenac-Brown

Magnifiques notes épicées, très élégant, des arômes déjà bien intégrés et des tanins souples. Le vin a une très belle trame, il montre une direction. C’est une très belle réussite et c’est très prometteur !

Margaux Cru Classé en 1855, Château Giscours

Le deuxième Margaux souffre de la comparaison avec le Cantenac-Brown dégusté simultanément, mais intrinsèquement, c’est un vin très réussi également. Il a beaucoup de charme, avec encore une fois des notes épicées. On peut lui reprocher d’être un peu léger, de manquer de matière.

A Bordeaux, les plus belles réussites sont dans le Médoc, en particulier Pauillac et Saint-Estèphe, explique Burtschy.

BLANC

Nous passons ensuite à la sélection de vins blancs avec une belle part faite aux vins d’Alsace.

Pinot Blanc  Muscat  Alsace Grand Cru Kessler Pinot Gris Domaine Schlumberger

Alsace Riesling, Jean Hauller

Mon préféré parmi les 5 vins d’Alsace que nous avons dégustés. Des notes florales, du fruit, et surtout une très grande pureté. Une belle réussite.

Alsace Gewurztraminer, cave de Plaffenheim

Léger gaz carbonique. Un vin que je n’ai pas apprécié, mais c’est une affaire de gouts personnels.

Alsace pinot blanc “Les Princes Abbés”, Domaine Schlumberger

Floral, léger, pas beaucoup de caractère. 15g de sucre résiduel mais ce n’est pas lourd.

Alsace Muscat “Les Princes Abbés”, Domaine Schlumberger

Le muscat représente 1% du vignoble alsacien. Un vin très intéressant, représentatif de son cépage. Burtschy explique que c’est pour lui le partenaire parfait de l’asperge qui est d’ordinaire un wine-killer.

Alsace Grand Cru Kessler pinot gris, Domaine Schlumberger

Environ 30g de sucre résiduel et ça se sent. C’est trop, beaucoup trop. Il y a un gros manque de densité, le vin est mou. Assez dommage car de beaux arômes par ailleurs.

Nous passons ensuite aux bourgognes

Bourgogne Blanc, L'Interdit D'Amour, Domaine Lassagne  Mâcon Solutré Comtesse de Vazeilles

Bourgogne blanc “L’interdit d’Amour”, Domaine Lassagne

Un vin tout en rondeur, assez surprenant pour un vin blanc sec, qui plus est bourguignon. Pas vraiment à mon goût.

Mâcon Solutré, Comesse de Vazeilles

Un très beau boisé (pas encore totalement intégré toutefois, mais c’est normal, le vin n’est pas encore en bouteilles, nous dégustons un échantillon), et une belle acidité. Un beau mâcon solutré !

Saumur, Château de Villeneuve

100% Chenin Blanc, une belle matière.

IGP Saint-Guilhem-le-Désert, Mas Daumas Gassac

Comme pour le rouge produit par le domaine et dégusté précédemment, le patchwork de cépages en fait un vin très intéressant, complexe. De belle facture, ce devrait être une belle réussite.

Côte de Provence, Domaine Gavoty

Pas de notes sur ce vin, je ne l’ai dans mon souvenir pas trouvé très intéressant.

Pacherence du Vic-Bilh, Château Montus

Un vin que j’ai beaucoup apprécié, très bel équilibre et un touché agréable en bouche, belle matière.

LIQUOREUX

Pacherence du Vic-Bilh “Brumaire”, Château Bouscassé

Vieilles vignes, sol argilo calcaire. Il y a 3 vendanges, une en octobre, une en novembre et une en décembre; nous avons dégusté la cuvée issue de celle de novembre.

Malgré mon aversion pour les vins liquoreux, je ne peux que reconnaitre que c’est un vin bien fait avec de jolis arômes de fruits confits.

Côteaux du Layon, Saint-Lambert, Domaine de la Pierre Blanche

.Avant de nous quitter, nous avons dégusté deux Côteaux du Layon Saint-Lambert du domaine de la Pierre Blanche, sur deux millésimes, 1985 et 1986.

C’est assez intéressant car ces deux millésimes sont très différents.

Bien que pas friand des vins moelleux, le 1986 avait une certaine fraicheur en fin de bouche qui rendait agréable la dégustation et compensait le niveau de sucre.

Le 1985 en revanche était beaucoup plus opulent, puissant et le sucre pesait d’avantage, en faisant un vin moins plaisant à mon goût.

Une belle soirée, et la découverte d’un millésime prometteur !

4 comments on “Primeurs France 2014 avec Bernard Burtschy

  1. Ah les vins du domaine Brunely, de pures merveilles.
    Le vacqueras d’entrée de gamme est très bon et à un prix très abordable.
    Exemple ici avec un prix autour de 7/8 euros.
    https://www.vinatis.com/1884_domaine-de-la-brunely
    Le Cairanne est un peu plus cher mais séduira les amateurs.
    Et si vous souhaitez vous faire plaisir, vous ne serez pas déçus par le Châteauneuf-du-Pape : riche, concentré et impressionnant, surtout dans ce millésime 2015.

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *