Promenade hivernale dans les vignes de Morey-Saint-Denis en Bourgogne

Je devais passer 10 jours en Bourgogne à l’occasion des Grands Jours de Bourgogne mais en raison de la propagation du virus COVID-19, la manifestation a été annulée. J’ai quand même passé un week-end prolongé en Bourgogne et j’ai profité de quelques heures de soleil entre deux averses pour aller me promener dans les vignes, en choisissant d’arpenter le finage de Morey-Saint-Denis.

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas pris le temps de me balader dans les Climats de Bourgogne, une carte à la main, les sens en éveil ! Je vous emmène avec moi à la découverte de quelques uns des Climats de Morey-Saint-Denis en vous montrant sur une carte du parcellaire de quel endroit j’ai pris les photos 📸

Morey-Saint-Denis, carte d’identité

Morey-Saint-Denis n’est pas un village très connu alors qu’il est assez fascinant.

  • Superficie : 111,54ha
  • C’est une commune de rouge : 106,61 ha plantés en raisins rouges (dont 38,22 ha en Premier Cru) et 4,93 ha plantés en raisins blancs (dont 1,23 ha en Premier Cru)
  • 23 lieux-dits
  • 20 climats classés en 1er Cru
  • 5 Grands Crus : Clos de Tart, Clos des Lambrays, Clos Saint Denis, Clos de la Roche et Bonnes Mares qui forment une bande ininterrompue de Grands Crus du Nord au Sud du finage !

Balade à Morey-Saint-Denis

Après avoir garé la voiture sur un petit parking du village, mes pas me mènent – comme toujours lorsque je m’arrête à Morey – devant le mur sud du Clos des Lambrays.

J’emprunte alors le chemin qui sépare le Clos de Tart du Clos des Lambrays, deux hommes partagent une bouteille de vin rouge assis sur le muret du Clos des Lambrays pendant qu’un chien s’amuse. La pente est raide, j’arrive alors au sommet du Clos de Tart d’où l’on peut admirer le village et les vignes à perte de vue.

.

.

Histoire

Les Bernardines de l’Abbaye de Notre Dame de Tart ont fondé et donné son nom au Clos de Tart en 1141. Confisqué à la Révolution, il a été vendu aux enchères, racheté et conservé par la famille Marey-Monge jusqu’en 1932. Il a ensuite appartenu à la maison Mommessin avant d’être acheté par Artemis, la société d’investissement de la famille Pinault fin 2017. C’est donc un monopole qui n’a eu que 4 propriétaires en près de 900 ans !

Clos de Tart

Superficie


7 hectares 53 ares et 28 centiares . Altitude de 269m à 302m.

Caractéristiques


Sol : argilo-calcaire, 40 à 120cm de terre.

Parcellaire : Un travail d’étude a permis d’identifier 27 sous-parcelles délimitées selon des critères de géologie, de pédologie, de micro-climat et d’âge de vigne.

Plantation : sur un axe nord-sud pour éviter l’érosion et bénéficier d’une meilleure exposition (est-sud-est) pour une maturation plus homogène des baies. Des sélections massales ont été entamées dès 1996 (première plantation en 2005) et un plan de renouvellement (tous les 4 ans) des vieilles vignes du Clos est en oeuvre.

Bio depuis 2018, biodynamie depuis 2019.

Le vin est vinifié dans le vignoble, dans un bâtiment qui existe depuis le Moyen-Âge !

25.000 bouteilles par an.

Au dessus, du Clos de Tart se trouve un climat classé en appellation village tout en longueur dont j’ai toujours beaucoup aimé le nom : “En la rue de Vergy”. L’ancienne route de Vergy reliait en ligne droite Morey à la butte de Vergy où était érigé le château des sires de Vergy et l’abbaye de St Vivant !

.

Quelques producteurs

Michel Gros (0,23ha), Bruno Clair (0,645 ha), Marchand Tawse, Christophe Perrot-Minot (1,5ha), Régis Bouvier, Domaine Felettig, Domaine Lignier-Michelot

Morey-Saint-Denis “En la Rue de Vergy”

Superficie

?

Caractéristiques

Sols : calcaire de comblanchien, tout au plus 30 à 35cm de sol argileux de très caillouteux, léger et très filtrant avec parfois de la roche affleurante.

Ce climat a été remembré, agrandi et replanté dans les années 70/80.

Une demande de classification en 1er cru est en cours d’instruction à l’INAO.

En se retournant et en empruntant le chemin de cailloux blancs, on surplombe le Clos des Lambrays, grand cru plus récent puisque sa classification date de 1981 seulement !

Les propriétaires au fil de l’histoire

Louis Joly – au milieu du 19ème siècle. Rassemblement des parcelles
Famille Rodier, domaine Henry de Bahèzre à Nuits – de 1866 à 1938. Assure la renommée du cru
Renée Cosson – de 1938 à 1977. Déclin du domaine.
Frères Saïer – de 1977 à 1996. Font revivre le domaine.
Les Feund – 1996 à 2014
LVMH – 2014, actuel propriétaire

Anecdote

Le Clos des Lambrays n’est pas tout à fait un monopole puisque le Domaine Taupenot possède 420m2 (dans les Meix-Rentier, partie basse du Clos) et produit chaque année 150 à 300 bouteilles sur une production totale de 33 100 bouteilles !


Clos des Lambrays Grand Cru

Superficie

8ha, 83a, 94ca

Caractéristiques

Sol : grande diversité puisqu’il est marneux dans la partie haute, argilo-calcaire dans la partie médiane et argileux dans le bas du Climat.

Le Clos des Lambrays actuel est le fruit d’un rassemblement par Louis Joly au milieu du 19ème siècle de quelques 75 parcelles de plusieurs lieux-dits : “Lembreys”, “Bouchots”, “Larreys”, “Meix Rentiers”, etc. On peut aujourd’hui le découper en 3 lieux-dits auquels le docteur Jules Lavalle a donné en 1855 des niveaux de qualités différents (de la Première Cuvée – comme le Bonne Mares ou le Clos de la Roche – pour la partie historique à la Quatrième Cuvée – soit un niveau village pour la partie nord).

Dans les vignes mais également dans le village, le Clos des Lambrays et le Domaine des Lambrays, propriété de LVMH depuis 2014 ont une signalétique qui n’est pas vraiment discrète !

Un rappel que le Clos date de 1365 !

Une fois arrivé à l’angle du Clos des Lambrays, mon regard est attiré par une très belle cabotte, ces anciens abris ou lieux utilisés pour entreposer du matériel. On les trouve surtout sur la Côte de Beaune. En m’approchant, je lis qu’il s’agit du climat “La Bidaude”.

.

Domaines
Domaine Robert Gibourg, Domaine Guyon (23 ares 87), Jean-Claude Boisset, Jerome Galeyrand, André Royer

Anecdote
On peut lire dans le livre de Danguy et Aubertin (1892) que la Bidaude faisait partie à une époque du Clos des Lambrays avec les Larrets 

Morey-saint-Denis “La Bidaude”

Superficie
1ha38a20ca pour le Clos de la Bidaude

Caractéristiques
Pente jusqu’à 20%, sol pauvre en argile sur un calcaire Bathonien qui permet au chardonnay comme au pinot noir de s’épanouir.

Adjacent à la Bidaude, on trouve le Clos de la Bidaude dont il est indiqué qu’il est un monopole appartenant au domaine Robert Gibourg . On peut trouver sur le marché un Clos de la Bidaude blanc dans le millésime 2008 chez Jean-Claude Boisset qui est négociant et à qui le domaine avait vendu du raisin !

Le Clos de la Bidaude est planté en blanc et en rouge !

Remontons vers le Nord, en direction de Gevrey-Chambertin ! En débouchant du chemin de cailloux, on tombe sur une route et au carrefour se profile le Domaine Ponsot dont je vous parlerai un peu plus bas car il a un lien avec l’objet de ma balade à Morey-Saint-Denis !

J’arrive à l’angle du Climat “Calouères” et pourtant, je suis accueilli par une borne “Clos Saint-Denis” du Domaine Heresztyn installé à Gevrey-Chambertin. Regardons de plus près ce Grand Cru 😉

Histoire
Le Clos Saint Denis date du 11ème siècle, né du chapitre de Saint-Denis de Vergy. Il est cité pour la première fois en 1367. Il semble n’avoir jamais été réellement ceint de murs.

Propriétaires et producteurs
Georges Lignier (1ha49), Dujac (1ha45) et Bertagna (0,53 hectare) contrôlent plus de la moitié de ce Grand Cru
Frédéric Magnien, Domaine Ponsot, Domaine Heresztyn, Domaine Marchand-Tawse, Amiot-Servelle, Joseph Drouhin, Louis Jadot, Charlopin, Castagnier, Olivier Guyot, Arlaud, Lignier-Michelot (7 ares !)

Clos Saint-Denis Grand Cru

Le Grand Cru Clos Saint-Denis est aujourd’hui composé du Clos Saint-Denis historique auxquels se sont ajoutés une partie des Chaffots, Calouère et Maison Brûlée.

Superficie
Le Clos historique mesurait environ 2ha mais avec les crus voisins, on arrive à 6ha 62a 60ca divisés en une quarantaine de parcelles

Caractéristiques
Sol marneux mais avec beaucoup de fossiles de petits cailloux (donc plus léger que le Clos de la Roche), la roche calcaire est à 20cm.
Entre 220 et 270m d’altitude

J’aperçois enfin l’objet de ma visite ! De très vieilles vignes de 1911 aux pieds d’une maison, et pas de n’importe quel cépage : de l’aligoté ! C’est un climat unique en Bourgogne et il appartient au Domaine Ponsot : le Clos des Monts Luisants.

.

.

1 climat, 3 niveaux d’appellations
“Les Monts Luisants” est un climat original à plusieurs titres. C’est notamment un climat qui est classé Grand Cru dans sa partie basse (3,74ha), intégré alors dans le Clos de la Roche, 1er cru dans sa partie médiane (5,39ha) et Village tout en haut du coteau (2,19ha).

Quelle est l’origine du nom ?
Il y a plusieurs explications qui sont avancées :
– Les pierres calcaires dans le sol et l’impact des rayons du soleil étant donné la pente
– Cette parcelle a été plantée en blanc dès le moyen-âge et en octobre, alors que les feuilles tournaient au doré, la parcelle semblait briller au milieu de la mer rougeoyante des pinot noir Grand Cru !

Pourquoi l’aligoté ?
L’Aligoté a longtemps été planté sur des grands terroirs, c’est le phylloxera qui a conduit les vignerons à planter du chardonnay (qui donne plus vite de beaux raisins) après l’arrachage. Le chardonnay était planté à mi-coteau, l’aligoté en haut de coteau sur la montagne de Corton, ou dans le Montrachet, sur les sols plus pauvres où il se plait !

Quelques Producteurs
“Clos des Monts Luisants” : Ponsot
“Les Monts Luisants” : Domaine Schmitt (un peu d’Aligoté dans l’assemblage du vin blanc), Jean Claude Boisset (1er cru, en rouge), Frédéric Magnien (village, en blanc), Dujac (1er cru, en blanc), Frédéric Cossard (1er cru, en rouge)

Morey-Saint-Denis “Clos des Monts Luisants”

Le Clos des Monts Luisants est un monopole de la maison Ponsot. D’autres vignerons exploitent des vignes dans le climat “Les Monts Luisants”

Superficie
Les Monts Luisants : 11,32ha
Le Clos des Monts Luisants : 2,5 ha (1ha planté en aligoté, le reste en pinot noir)

Caractéristiques
En 1911, William Ponsot a décidé de planter des ceps d’aligoté. Le domaine écrit sur son site qu’il s’agissait de reconstituer le Clos des Monts Luisants tel qu’il était avant le Phylloxera mais les ouvrages historiques nous apprennent que les plants blancs avaient été arrachés avant le Phylloxera, Lavalle précisait même « Aucune vigne n’est consacrée à la culture spéciale du raisin blanc » (merci à Frédéric pour cette précision apportée en commentaire). Il y a eu des essais de Pinot Gouges et de Chardonnay mais l’Aligoté était le cépage qui donnait les meilleurs résultats. Le Pinot Gouges a été arraché en 1992 et remplacé par du Pinot Noir, le Chardonnay a été arraché en 2004 et remplacé par de l’Aligoté. A partir de 2005, le Morey Saint-Denis 1er Cru “Clos des Monts Luisants” de Ponsot a été produit uniquement avec de l’aligoté issu des ceps de 1911 !
C’est le seul premier cru autorisé à être produit à base d’aligoté étant donné que lors du classement en AOC en 1935, les ceps étaient déjà là et produisent encore aujourd’hui. Une décision de 2011 de l’INAO confirme cela.

Les vignes d’aligoté sont en bordure de forêt et dans la partie supérieure du coteau :

Ces très vieux ceps de vignes noueux sont magnifiques

Avant de redescendre le coteau, je prends le temps d’admirer la vue sur le village et les vignes à perte de vue.

Une fois redescendu dans le village et avant de reprendre la route, je ne résiste pas à l’envie d’aller voir un dernier climat que j’avais beaucoup apprécié lors d’une dégustation des vins du Domaine Duband : le Clos Sorbé.

Producteurs
Joseph Drouhin, Frédéric Magnien, David Duband, François Legros, François Feuillet, Jacky Truchot 

Morey-Saint-Denis 1er Cru “Clos Sorbé”

Superficie
3 hectares et 32 ares.

Caractéristique
Pente douce, exposée à l’est. Sol : marnes argilo-calcaire et cailloux blancs

Pour presque tout savoir sur les Climats de Morey, je vous invite à lire les écrits toujours passionnants de Patrick Essa, vigneron installé à Meursault : http://www.degustateurs.pro/2016/07/comprendre-le-vignoble-de-morey-saint-denis.html

Je complèterai certainement cet article au fil de mes balades et j’en ferai d’autres lorsque j’explorerai d’autres villages de ma belle Bourgogne !

2 comments on “Promenade hivernale dans les vignes de Morey-Saint-Denis en Bourgogne

  1. Bonjour Romain,
    Merci de ce beau reportage. SI je peu me permettre quelques précisions. A la lecture de Lavalle, Morelot et consorts, il n’existait plus de plants blancs (généralement pinot blanc) sur Morey au XIXè. Ils ont tous été arrachés avant le phylloxera. Aucune référence à l’aligoté n’y est faite, au contraire de la colline de Corton. Lavalle précisait même « Aucune vigne n’est consacrée à la culture spéciale du raisin blanc ». De plus, le climat des monts luisants a été classé en 1e et 2e classe par le comité d’Agriculture de Beaune en 1862, qui ne recensait que les climat plantés en cépages fins (pinot noir et chardonnay/pinot blanc). Il semble donc que la plantation de l’aligoté soit une décision post-phylloxera qui ne s’appuie pas sur une habitude viticole du XIXè siecle. Comme souvent depuis le milieu du 20è l’Histoire de la Bourgogne a souvent été ré-écrite (l’image du bon moine dans ses vignes etc…) pour expliquer certaines décisions du XXè
    Mais je pinaille
    Amicalement,

    • Bonjour Frédéric,
      Merci de pinailler et d’avoir pris le temps d’écrire ces précisions !
      En effet, en relisant le livre de Danguy et Aubertin qui est le seul ouvrage du 19ème que j’ai sous la main, je vois qu’il n’est fait mention que du pinot noir et du gamay pour les cépages cultivés dans le finage de Morey !
      Je vais corriger ce passage de l’article.
      Amicalement,
      Romain

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *