Quels vins pour les fêtes ?

On y est, J-2 avant le début des fêtes de fin d’année, cela fait des semaines que vous repoussez les sempiternelles questions : “que vais-je bien pouvoir servir à ma belle-mère ?”, “qu’est-ce qu’on boit avec le foie gras déjà ?”. La procrastination ne peut plus durer, il faut maintenant choisir ! Pas de panique, je vais vous présenter une petite sélection – évidemment subjective.

On commence par le vin star des fêtes de fin d’année, celui qui orne les couvertures de tous les suppléments vins des journaux chaque année : le champagne !

Champagne

Valeur sûre

Pas le temps d’écumer les cavistes à la recherche d’une cuvée confidentielle ? Le champagne est pour vous un vin dont l’étiquette doit impressionner autant que le goût ?

Bollinger Special Cuvée : la plus belle des cuvées “d’entrée de gamme” de maison qui pose les grands principes d’élaboration de la maison Bollinger. Vineux, à dominante de pinot noir avec des vins de réserve vieillis en magnum, c’est un très bon champagne d’apéritif qui vous accompagnera à merveille sur le reste du repas (volaille, crustacés, poissons). Le + : si vous êtes une grande tablée, privilégiez le magnum, ça en jette et c’est le format idéal pour le champagne. 4

Vous pouvez également jeter votre dévolu sur le Brut Réserve de Charles Heidsieck (une grande proportion de vins de réserve entrent dans l’assemblage, ce qui concourt à sa complexité aromatique) ou le Brut Premier de Louis Roederer qui démontre une belle salinité.

Pour les huîtres

 

.

Si vous êtes à la recherche d’un champagne pour accompagner des huîtres, je vous conseille Ayala Brut Nature ou plus généralement un champagne non dosé ou un blanc de blancs très minéral.

Une cuvée de prestige d’un vigneron indépendant

 

Les cuvées de prestige de certains vignerons indépendants ou “petites” maisons mettent parfois de belles claques à des cuvées de prestige de grandes maisons. Les trois cuvées qui m’ont vraiment séduit ces derniers mois sont :

  • La Grande Sendrée de Drappier sur le millésime 2008 commercialisé actuellement :
    • 55% pinot noir, 45 chardonnay. Dégorgée en avril 2018.
    • Le nez est très complexe et expressif, sur des notes finement toastées, sur la pâte de coing, la cire d’abeille, le miel. L’attaque en bouche est tonique mais la texture est crémeuse, l’effervescence douce. Bel équilibre, très grande persistance aromatique.
  • La Cuvée Louis de Tarlant. Dans le même registre que la Grande Sendrée mais encore plus intense, plus affirmé. A l’oeil ce champagne est d’un or soutenu avec des reflets acajou, au nez des notes enchanteresse de torréfaction, pomme tatin, pain d’épice. Puis vient la bouche, une texture crémeuse, un champagne très vineux, avec des notes de miel, une grande complexité et quelle longueur !
  • Le Clos Cazals de Claude Cazals. Un blanc de blancs d’une très grande élégance (craie, salinité) mais avec une certaine rondeur: c’est riche, gourmand, avec une effervescence crémeuse. Une grande persistance avec une fin de bouche assez inattendue.

Vins blancs

 

Pour accompagner votre foie gras, vous pouvez jouer la carte du classique Sauternes (Yquem, Château de Fargues), partir sur un liquoreux plus méconnu comme Bonnezeaux (je recommande notamment le Bonnezeaux Le Malabé du domaine Les Grandes Vignes). Un grand vin blanc sec de Bourgogne peut donner un très bel accord, notamment les vins de Meursault issus de sols argileux (qui seront opulent, avec un toucher de bouche se rapprochant parfois de vins liquoreux) : les Charmes, les Cras.

Pour accompagner vos crustacés, vous pouvez partir du côté de Chablis, Sancerre (Les Chasseignes de Julien et Clément Raimbault, les vins de Vacheron ou encore ceux du Domaine François Crochet par exemple).

Pour vos volailles, tout dépendra de la sauce mais avec un Meursault, un Chassagne-Montrachet, un Hermitage blanc ou encore un Châteuneuf-du-Pape blanc, vous pouvez réaliser de beaux accords.

Vins rouges

En ce qui concerne les vins rouges, ils peuvent également accompagner des volailles. Un Charmes-Chambertin (un peu évolué) de velours, un Chambolle-Musigny (grande finesse), ou pourquoi pas un Margaux évolué (je recommande Château Bel Air Marquis d’Aligre, pas évident à trouver mais quand on met la main dessus, ce sont très souvent des millésimes à maturité !)

.

Budget plus modéré ? J’ai dégusté il y a quelques temps un Côte de Nuits villages 2016 du domaine Gachot-Monot. Souple, soyeux, avec des tanins bien intégrés, léger et sur le fruit, il n’écrasera pas vos volailles.

Pour accompagner un gibier à plume, vous pouvez opter pour un Clos de Vougeot mature (bel accord entre un Clos de Vougeot 2004 du Domaine de la Vougeraie et une caille l’année dernière).

.

Un Vacqueyras peut être un bon choix : les notes épicées tendant vers le cuir de ce Vacqueyras Céation 2015 de Rhonéa (les Artisans Vignerons) sont intéressantes. Si vous choisissez ce vin, carafez-le impérativement 1h avant de le boire, les tanins astringents de prime abord deviennent soyeux.

Un Châteauneuf-du-Pape rouge brillera sur de la biche ou du chevreuil. Une Côte Rotie ou un vin du sud-ouest (Cahors, Madiran) iront à merveille également.

Et pour le dessert ?

Quand vient le dessert, je préfère personnellement passer à l’eau, je n’apprécie pas les vins sucrés. Trop de gens servent des champagnes brut qui apparaitront forcément sous leur plus mauvais jour. Si par tradition vous souhaitez servir un champagne, choisissez des demi-sec. Pour un dessert au chocolat, un Rivesalte rouge sera un bon compagnon.


Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année !

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *