Rosés de Provence 2018

 

 

Le printemps est bien engagé, les températures montent, les terrassent fleurissent et seront bientôt assaillies de consommateurs qui pour beaucoup commanderont des bouteilles de rosé. La campagne de commercialisation du millésime 2018 est donc lancée pour les domaines provençaux (42% des rosés produits en France viennent de Provence). La presse était invitée début mars à découvrir en avant-première ce millésime qui a été exceptionnel dans l’ensemble du vignoble français.

La région Provence

 

© CIVP

Le vignoble de Provence s’étend sur 200km à travers les Bouches du Rhône, le Var et les Alpes Maritimes.

Le vignoble regroupe 3 AOC : Côtes de Provence (avec 4 dénominations géographiques : “Sainte-Victoire”, “La Londe”, “Fréjus” et “Pierrefeu”), Coteaux d’Aix en Provence et Coteaux Varois en Provence.

486 domaines, 63 caves coopératives et une centaine de sociétés de négoce ont produit en 2018 l’équivalent d’environ 165 millions de bouteilles de rosé (90%), vin rouge (6%) et vin blanc (4%).

Quinze cépages sont autorisés :

  • 7 cépages blancs : le Rolle, l’Ugni blanc, la Clairette, le Sémillon, le Grenache Blanc, Sauvignon Blanc et le Bourboulenc.
  • 8 cépages rouges : le Grenache, le Cinsault, la Syrah, le Mourvèdre, le Tibouren, Counoise, le Carignan et le Cabernet Sauvignon

Quelques chiffres Vins de Provence rosés

 

Il est toujours intéressant de regarder les grands chiffres du marché et celui des Vins de Provence rosés est particulièrement dynamique :

  • Croissance de 7% en volume et 8% en valeur en 2018 vs 2017
  • Chiffre d’affaire à l’export multiplié par 14 en dix ans pour devenir en 2018 le premier débouché commercial
  • La France représente toujours le premier marché mondial puisque 36% des vins de provence rosés y sont consommés.

Millésime 2018 en Provence

 

2018 a été une très belle année pour la vigne grâce à une pluviométrie élevée entre janvier et début juillet qui a permis de reconstituer les réserves d’eau puis à un mois de juillet et un mois d’aout très chauds et ensoleillés. Quelques zones ont été touchées par du gel très localisé ou des pressions de mildiou qui ont eu un impact sur les volumes. Les vendanges ont commencé fin août avec des grappes dans un très bon état sanitaire et la belle arrière saison (journées ensoleillées, nuits fraiches et mistral) a permis aux vignerons d’étaler les vendanges de façon à ce que les raisins de chaque parcelle atteignent leur maturité optimale.

Dégustation du millésime 2018

 

Je préfère prévenir : je ne suis pas un grand amateur de vins rosés et je suis donc encore plus exigeant quant à l’équilibre des vins. Parmi la cinquantaine de vins présentés lors de la dégustation, un certain nombre m’ont semblé déséquilibrés, avec des finales un peu lourdes. Les vins que j’ai retenus sont des vins qui ont su conserver de la fraicheur tout en offrant une belle complexité aromatique.

Comme souvent, ce sont les vins en bio et biodynamie qui m’ont le plus séduit et qui se retrouvent majoritaires dans la petite sélection que je vais vous présenter.

.

.

Château Barbanau “Et Cae Terra” 2018
AOC Côtes de Provence
Certifié ECOCERT, BIODYVIN et Vegan.
90% Grenache, 10% Syrah

Un nez intense, finement épicé, sur le silex au premier nez puis sur les fleurs blanches, la pêche. Du volume en bouche mais pas exubérant. Une belle acidité et une jolie finale sur l’agrume.

14,80€ départ cave

.

Domaine de la Croix Cru Classé, “Irrésistible” 2018
AOC Côtes de Provence
25% Grenache, 25% Mourvèdre, 20% Cinsault, 15% Syrah, 5% Cabernet Sauvignon, 5% Tibouren, 5% Rolle

Une belle mâche, une aromatique autour du Pomelos, du Yuzu. Légère amertume en finale.

12€ départ cave.

.

.

Domaine de Grand Pré, “Favorite” 2018
AOC Côtes de Provence
35% Cinsault, 35% Grenache et 30% Mourvèdre.

Un style différent des autres rosés, peu d’agrumes, on est plutôt sur des notes de fruits blancs. Une matière soyeuse en bouche.

7,5€ départ cave.

.

Château du Galoupet Cru Classé, “Château du Galoupet” 2018
AOC Côtes de Provence
40% Grenache, 40% Cinsault, 5% Rolle, 5% Syrah, 5% Tibouren, 5% Mourvèdre

Après un nez sur les fruits blancs, la bouche nous emmène sur les fruits rouges frais. Un vin d’une grande finesse, équilibré et maitrisé, un joli rosé !

15,45€ départ cave.

.

Domaine des Peirecèdes “Fil d’Ariane” 2018
AOC Côtes de Provence
Certifié Ecocert
35% Grenache, 35% Cinsault, 30% Syrah

Un très joli vin, intense et vibrant au nez (pamplemousse, notes florales), dynamique, frais et équilibré en bouche avec une belle longueur. Tout ce qu’on demande d’un rosé !

9€ départ cave.

.

Domaine Sainte Marie “1884” 2018
AOC Côtes de Provence
Certifié ECOCERT, labellisé Vegan
60% Grenache, 20% Cinsault, 10% Syrah, 10% Rolle

Intéressant ! De la salinité, une attaque franche, des arômes d’agrumes et de fleurs blanches d’une grande élégance et très “naturels”.

14€ départ cave.

.

Château Paquette, “Angélico” 2018
AOC Côtes de Provence Fréjus
Certifié Ecocert
50% Tibouren, 40% Grenache, 10% Mourvèdre

Bel équilibre, très expressif avec un milieu de bouche opulent, sur des notes de fruits exotiques (mangue) et une acidité sur les agrumes.

10,50€ départ cave.

Il y avait également un “match” entre les deux rosés stars que l’on retrouve chez tous les cavistes (et tous les bars de plage de la Côte d’Azur l’été) : Minuty et Ott. Le différentiel de prix avec les vins précédents ne se justifie à mon sens pas et Minuty (22€ départ cave) ne m’a pas du tout plu (un fruité exagéré avec des arômes qui semblaient artificiels).

En revanche, Ott (26,50€ départ cave) est un vin de belle facture, équilibré avec une belle matière et une trajectoire tendue en bouche, sur les agrumes.

Le Baltard au Louvre du chef Ewout Vranckx

 

Concluons avec un mot sur la cuisine du jeune chef Ewout Vranckx (passé par le Louis XV, le Pavillon Ledoyen, le George V, le Meurice ou encore le Pur) qui officie au Baltard au Louvre qui hébergeait la dégustation. Nous avons pu grâce à 14 petits plats nous faire une idée de sa cuisine qui est très inventive, avec un ingénieux mélange de saveurs. Les plats ne sont jamais trop chargés et tout se déguste avec beaucoup de gourmandise, en étant le plus souvent adapté aux rosés de Provence. Voici les intitulés des plats dégustés :

  • Oeuf de caille mollet, gribiche, chlorophylle persil
  • Royale d’algues nori, champignons bruns de Paris, velouté tofu
  • Kabotcha confit, crème de levure boulangère
  • Carotte ancienne marinée, gelée pomme verte, tapioca au jus de passion
  • Risotto de riz vénère à la mangue thaï
  • Rissolée de chou-fleur avec sa crème, graines de vitalité
  • Joue de lotte confite, ail noir, curry vert et coulis coriandre
  • Cotriade de coquillages aux algues, émilsion de coques et bergamote
  • Consommé de canard, cuisses confit, paysanne de légumes, gingembre
  • Farce fine de volaille au cerfeuil, crème de cresson, riz soufflé
  • St maure cendrée foisonné
  • Ananas rôti, crème d’avocat à la cartreuse
  • Agrumes confit
  • Salade exotique liée au vin rosé, baies roses.

 


 

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *